La Phobie Sociale : Informations Cruciales à Connaître

  • La phobie sociale peut tous nous toucher. S’entretenir avec un responsable, faire un discours ou rencontrer de nouvelles personnes déclenchent, chez certains, une forme d’anxiété profonde. Profiter de la vie en toute quiétude s’avère, dès lors, impossible pour le phobique social. Voici ce qu’il y a lieu de savoir sur ce trouble générateur d’une véritable souffrance.

La phobie sociale expliquée simplement

La peur excessive face à une situation redoutée

Vie privée, vie professionnelle, famille, relations, loisirs : elle affecte chaque aspect du quotidien. Elle se caractérise par une angoisse profonde. Le trouble apparaît lors de situations durant lesquelles la personne phobique est confrontée au regard des autres. Dire quelque chose ou effectuer un geste qui amènerait un jugement négatif de la part d’autrui la terrifie. Cette anxiété permanente est disproportionnée par rapport à la menace réelle. Elle appartient au groupe des troubles anxieux.

La crainte d’être observé

  • Certaines interactions sociales donnent lieu à une peur intense et poussent les phobiques à les éviter. C’est notamment le cas lorsqu’elles sont observées par un public ne faisant pas partie de leur entourage.
  • Le sentiment incontrôlable apparaît également dans des moments de performance. La prise de parole en groupe, l’entretien d’embauche, ou même un premier rendez-vous semblent totalement inenvisageables.

Anxiété sociale, phobie sociale, glossophobie : la même signification ? 

  • Des émotions bien plus fortes différencient l’anxiété de la phobie. Le premier terme se caractérise par un inconfort, tandis que la panique représente le second. Il est, dans ce cas, impossible de trouver ses mots ou de se concentrer, car la peur démesurée a pris le dessus.
  • La glossophobie peut, quant à elle, se comparer au trac. Elle est largement répandue. Ce sentiment s’installe lorsque nous parlons en public, le jour d’un examen oral ou lors d’une réunion avec notre direction. Il disparaît heureusement aussi vite qu’il est apparu.
  • Ces 3 termes n’ont donc rien à voir avec la phobie scolaire ou l’agoraphobie

Les facteurs d’origine de la phobie sociale

Un manque de contacts durant l’enfance

Il n’y a pas que la timidité marquée qui mène aux symptômes du trouble. Les critères suivants entrent, eux aussi, en jeu : 

  • éducation ;
  • environnement familial ;
  • facteurs neurobiologiques et psychologiques.

Les phobiques sociaux ont généralement été surprotégés durant leurs premières années de vie. Ils n’ont profité que de peu d’interactions avec l’environnement extérieur. De plus, un parent prêtant énormément d’importance aux jugements des autres transmet plus facilement sa vulnérabilité émotionnelle. 

Un événement traumatisant

L’angoisse profonde se développe généralement durant l’enfance ou après la puberté. Elle est parfois liée à un événement marquant, réel ou fantasmé. Voir un petit se faire humilier par un groupe d’enfants représente un cas d’origine du trouble dont nous parlons. Une situation personnellement mal vécue à l’école ou à la maison peut également mener à celui-ci.

Un comportement et des symptômes liés à la phobie sociale

La façon de se comporter générale

Voici 5 caractéristiques fréquemment recensées chez les patients : 

  • s’inquiéter de ses faits et gestes ;
  • redouter de rougir, vomir, transpirer et trembler ;
  • craindre que son anxiété n’apparaisse aux yeux de tous ;
  • vivre avec souffrance les moments de contact avec des inconnus ;
  • adopter un comportement d’évitement devant une situation angoissante.

Ayant une faible estime de soi, le phobique social ressent de la honte face à son anxiété de performance. Pour cette raison, il tarde à consulter, pensant qu’il ne pourra jamais vaincre ces angoisses qui lui pourrissent la vie.

Les symptômes physiologiques fréquents

Voici comment la phobie sociale se manifeste physiquement  : 

  • rougissement du visage et du torse ;
  • tremblements avec tensions musculaires ;
  • transpiration liée à la sensation de chaud/froid ;
  • impressions de gorge sèche et d’étouffement ; 
  • difficulté à parler (balbutiement, bégaiement) ;
  • palpitations accompagnées de douleurs dans la poitrine ;

Une attaque de panique survient, dans les cas extrêmes.

Un test pour savoir si on souffre de phobie ou d’anxiété sociale

Des critères standards permettent de diagnostiquer la peur démesurée et dépendant d’un ressenti. Le professionnel s’assure que celle-ci se produit durant une situation précise et est présente depuis plus d’une demi-année. Il vérifie que la souffrance nuit à la vie sociale et professionnelle tout en entravant le fonctionnement de la personne. Il verra également si la perception négative des autres amène son patient à éviter ces moments à tout prix. 

Se débarrasser de sa phobie sociale via un traitement naturel

Il est bon de savoir que si elle n’est pas soignée, elle tend à s’aggraver. Cela mène souvent à une dépression et à divers troubles anxieux. Certains deviennent également dépendant à l’alcool
Il est totalement envisageable de prendre en charge son mal et de réussir à le vaincre de façon 100 % naturelle.

La thérapie d’exposition

Elle peut, dans un premier temps, être envisagée. Ce traitement consiste à apprendre à parler en public. Rejoindre un groupe spécifique ou lire devant des personnes âgées font partie des étapes à suivre.

La thérapie cognitivo-comportementale

L’idée ici est de cibler le schéma de pensée qui déclenche la panique. Le patient va ensuite l’adapter en faisant appel aux techniques de relaxation. Cela lui permet de modifier son comportement face à ce type de peur.

À retenir

Tu connais maintenant les informations essentielles se rapportant à la phobie sociale. En résumé, ce sentiment d’anxiété profond : 

  • survient lors d’une situation précise ;
  • est lié à la peur d’être observé et jugé ;
  • se traduit par un comportement excessif de crainte ;
  • engendre des symptômes désagréables, voire invivables. 

Néanmoins, sache que tout cela peut disparaître grâce à des techniques naturelles fiables. Celles-ci te permettent de vivre, à nouveau, en toute sérénité. 

As-tu déjà ressenti ce type d’émotions ? Quelles stratégies mets-tu en œuvre pour y faire face ? Je lis tes commentaires et y réponds avec plaisir. Pour en savoir plus sur les autres phobies, je t’invite à lire cet article.

A très vite.

Une PEUR en moins, un RÊVER en plus !

Olivier

=========== FORMATION ===========
Dire adieux à ses phobies en 30 jours ???? https://programme.oliviercombes.com/programme-adieux-phobie-30jours-1/
===========
EN CADEAU
===========

En cadeau, reçois mon guide pour reprendre ta vie en main et créer ta sérénité, télécharge-le vites !  https://c-renite.learnybox.com/3-cles-anti-stress-1

==========
CONTACT
==========

Youtube:  https://www.youtube.com/@oliviercombesadieuxphobies2072
Facebook: https://www.facebook.com/coachingsanspeur/

PARTAGER CET ARTICLE

Pour ne plus être à fleur de peau et retrouver votre sérénité !

Recevez mes messages inspirants et motivants en vous inscrivant à ma newsletter en cliquant sur ce bouton

Retour en haut